ASL: des jeux de mots et de signes

C’est après une journée bien remplie que j’ai assisté à ce quatrième cours de langue des signes américaine. Fatiguée, mon cerveau a commencé à s’emmêler au milieu de la soirée et je me suis soudain exprimée en français à haute voix: une belle phrase en langue étrangère à l’assistance dans le silence ambiant. Sur le coup, je savais que quelque chose clochait, mais il m’a fallu un certain nombre de secondes avant de comprendre que je m’étais trompée de langue. Anglais. ASL. J’avais la switch du langage pas mal slack, comme on pourrait le dire en bon québécois anglicisé.

Des jeux de société pour apprendre à signer

Nous avons commencé le cours par une séance de jeux de société. L’enseignante nous a proposé quelques jeux spécialement conçus pour pratiquer la langue des signes, mais de nombreux jeux traditionnels peuvent servir. Uno permet par exemple de pratiquer les nombres et les couleurs. Guess Who demande de son côté d’employer le vocabulaire pour décrire une personne. Pige dans le lac (Go Fish) permet de pratiquer les questions, les nombres, etc. En résumé, tous les prétextes sont bons pour s’amuser et pratiquer en même temps.

Il y avait un bingo ASL auquel nous n’avons pas joué, mais il y avait aussi ce jeu, The Americain Sign Language Handshape Game Cards, que j’ai trouvé plutôt chouette, même si j’en ignore les règlements (nous avons joué sans, s’il y en a). Nous nous sommes simplement amusés en groupe à faire tous les signes que nous connaissions formés à partir de la handshape (posture manuelle) proposée par la carte que l’enseignante nous montrait. Ça nous a permis de ramener plusieurs signes à notre mémoire, mais aussi de faire des liens entre les signes utilisant la même handshape.

The americain sign language handshape game cards ASL game

The enchanting music of sign language, par Christine Sun Kim

Ce jeu et ce genre de liens ont rappelé à l’enseignante ce TED Talk dans lequel Christine Sun Kim, Sourde native s’intéressant à la musicalité des signes (vous avez bien lu!), montre comment les ressemblances visuelles entre certains signes peuvent être agencées pour former poésie, ou plutôt musique. C’est une vidéo que j’avais déjà découverte au printemps, mais comme j’étais en voiture, je l’avais plus écoutée que regardée, ce qui est pas mal ironique étant donné son sujet, je sais. Nous en avons regardé un extrait de deux ou trois minutes en classe, car l’enseignante voulait nous montrer le passage où Christine Sun Kim montre les différents sens qu’on peut tirer du signe REGARDER.

C’est fascinant. J’ai donc pris le temps de réécouter la conférence en entier aujourd’hui et je vous la conseille. Je vous avertis cependant, la conférencière signe très vite! Bien sûr, on peut se fier à la voix de son interprète pour comprendre (et aux sous-titres, car j’ai intégré une version sous-titrée).


Intéressant, n’est-ce pas? Que pensez-vous de sa conception du son et du silence?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *