ASL: Des questions et des dictionnaires

Le mardi 2 octobre 2018 a eu lieu mon troisième cours de ASL 101. Révision du vocabulaire déjà appris puis apprentissage de nouveaux signes: jour, semaine, mois, année, janvier, février, etc., noms de langues (français, anglais, espagnol, ASL), do, don’t, can, can’t, still, etc., high school, collège, université, enseigner, apprendre, enseignant, étudiant, etc.

On commence à avoir juste assez de vocabulaire pour faire des phrases simples. On pratique donc des minidialogues sous forme d’entrevue.

Questionner en ASL

Les questions en oui ou en non sont la première étape. De la même façon qu’en français ou en anglais la marque d’interrogation peut être suggérée par le seul recours à l’intonation (on la monte ou la descend), la langue des signes américaine recourt aux expressions faciales pour signifier la présence d’une question. En ASL, la grammaire est dans ta face. Pour les questions en oui ou en non, il suffit donc de terminer sa phrase par une face de questionnement, c’est-à-dire en ramenant les sourcils l’un vers l’autre.

Or, la langue des signes américaine a aussi son lot de mots questions, dont voici un aperçu en vidéo. Vous remarquerez qu’il existe parfois plus d’un signe pour un même mot question. Il suffit d’opter pour le plus fréquent ou pour celui avec lequel on se sent le plus à l’aise, lorsque deux sont fréquents. C’est ce qui arrive lorsqu’une langue n’a pas de support écrit: elle évolue vite et les variantes sont plus nombreuses.

En ASL, le mot question (tout comme ton air interrogatif) va à la fin de la phrase. Je n’ai pas encore mémorisé tous les signes pour les petits mots pratiques comme do, don’t, must, can, can’t, etc. (ça fait beaucoup), mais je suis en mesure de formuler quelques idées. Par exemple, je suis capable de dire que je suis enseignante en français, que je parle l’anglais et que j’ai étudié à l’université. Pas de quoi se débrouiller dans une fête de Sourds, mais c’est un début.

Signing Savvy: dictionnaire ASL Web

Je l’ai déjà dit, à moins d’avoir un vrai talent en dessin, il est impossible de prendre en note les signes appris en classe. À défaut d’un carnet de notes ou d’une mémoire monumentale, on devra se reposer sur la pratique. Mais il existe aussi des dictionnaires. Comme il faut s’y attendre, les dictionnaires de langues des signes exigent le recours à des images ou à des vidéos. Je connais déjà et possède un dictionnaire de LSQ à l’usage de la famille: LSQ-Français pour l’enfant et sa famille. C’est un dictionnaire papier dans lequel photos et images permettent de représenter un nombre limité de signes. Il m’aide dans la rédaction de certaines scènes de mon roman pour la maitrise.

LSQ-Français pour l'enfant et sa famille surdité langue des signes québécoise dictionnaire

Pour l’ASL, notre enseignante nous a suggéré le dictionnaire en ligne Signing Savvy.  On y trouve une grande banque de signes sous forme de clips vidéos. Il est donc beaucoup plus facile de comprendre comment former les signes. Il suffit d’entrer un mot dans la barre de recherche pour accéder ensuite à l’une liste alphabétique dans lequel on retrouve le mot cherché et ses variantes possibles, s’il y a lieu. Le site comprend aussi un peu d’information sur l’actualité sourde et « The sign of the day ». Chaque jour, un signe est mis de l’avant. On peut observer le signe unique ou encore une phrase qui le contient.

Signing Savvy ASL dictionary americain sign language

En téléchargeant l’application Signing Savvy sur son téléphone, on peut accéder gratuitement au signe du jour, mais pas au contenu du dictionnaire. Il faut pour cela un abonnement que le site n’exige pas.

Signing Savvy App ASL Dictionary Americain sign language

Ça pique votre curiosité? Faites-moi part de vos découvertes dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *