Le meilleur des mondes

Tant qu’à y être (pensée pour JB), j’ai continué sur ma lancée avec Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, classique de la littérature d’anticipation. Ce que j’en ai pensé? J’ai une opinion plutôt mitigée. J’approuve la préface (1946) de l’auteur dans laquelle il affirme avoir conscience des défauts du roman (publié en 1932).

 Ceci dit, c’est une œuvre intéressante et qui se lit facilement et rapidement. C’est plutôt bien écrit, mais ça reste naïf à certains plans. Par exemple, certaines ellipses auraient gagné à être comblées par quelques explications ou transitions. C’est une œuvre qui veut nourrir sans en mettre toujours suffisamment dans l’assiette.

 Le meilleur des mondes Aldous Huxley Brave New World

Le meilleur des mondes nous situe dans un futur indéterminé, en raison d’un changement de calendrier. Nous sommes en 632 de N.F. F, pour Ford, celui qui serait à l’origine de cette société revue et corrigée. Mais nous n’en apprenons pas plus sur l’identité de ce personnage. Et pourtant, on ne demandait que cela. Bref, ça reste vague. Dans le meilleur des mondes, les bébés naissent dans des éprouvettes et les termes de père et de mère sont des blasphèmes associés à la viviparité. Les individus sont conçus en laboratoire (ou en usine, selon le point de vue) en fonction de la classe sociale à laquelle on les prédestine. Il y a cinq classes sociales distinctes, nommées selon l’alphabet grec, d’alpha à epsilon. Les Alphas ont les meilleures capacités et un plus grand libre arbitre alors que les Epsilons ont vu leurs capacités intellectuelles volontairement amoindries (lors de l’incubation, on coupe dans l’oxygène) afin de les rendre plus aptes (dociles) à la réalisation de tâches moins stimulantes. Les enfants, tout au long de leur développement, subissent un conditionnement hypnopédique (la clé de l’ordre social et du bonheur). Chaque nuit, des phrases leur sont répétées pendant leur sommeil, et ce, pendant des années.

 Cependant, à l’occasion, certains individus, pour des raisons inconnues, s’avèrent résistants au conditionnement. C’est le cas de Bernard, personnage-clé du roman, qui ne trouve pas sa place dans cette société où on se drogue au soma (cela fait partie de leur conditionnement) pour éviter de ressentir des sentiments désagréables.

 L’idée est vraiment très intéressante, mais je crois que j’ai commencé à décrocher au moment où Bernard va visiter une réserve, là où vivent des gens non civilisés (un territoire où l’on n’a pas installé une société comme la leur parce que les ressources naturelles n’en valaient pas la peine). En gros, c’est une réserve d’Amérindiens, avec tout ce qu’elle comporte de clichés sur les Amérindiens: malpropres, peu civilisés, rituels barbares… Certes, ils pratiquent la monogamie, ce qui est tout à leur honneur dans le roman (dans la société de Ford, il est interdit de s’attacher à une seule personne). Mais il reste que c’est très cliché. Pourquoi avoir choisi seulement les Amérindiens comme exemple de “non-civilisation”? Cela aurait tout aussi bien pu être des Blancs ayant échappé à la conquête ou… Enfin, je sais que ce roman a été écrit en 1932 et que je dois accepter qu’il soit imprégné des clichés de l’époque. Toutefois, comme le livre cherche à dénoncer certaines choses, voire même dénoncer un idéal, je trouve que le cliché jure tout particulièrement avec l’intention.

 N’empêche, l’œuvre est très riche, pleine d’idées, pleine de réflexions et remplie de passages de Shakespeare (dont je ne suis pas convaincue de l’utilité, même si c’est beau).

 Je crois qu’une des choses qui peuvent nuire à notre lecture du Meilleur des mondes, aujourd’hui, est le fait que nous n’avons pas tout à fait la même vision de ce que pourra être le futur. Le roman, paru en 1932, expose un futur très technologique. Toutefois, plusieurs des technologies décrites paraissent désuètes au lecteur du 21e siècle. Elles ne correspondent pas toutes à l’évolution que notre technologie a suivie ni à sa miniaturisation. Alors, qu’on le veuille ou non, ça cloche un peu.

 Enfin, je comprends pourquoi ce roman est considéré comme un classique de la littérature d’anticipation. Toutefois, l’émerveillement n’était pas pour moi.

 Le meilleur des mondes en extraits

 “Le bonheur effectif paraît toujours assez sordide en comparaison des larges compensations qu’on trouve à la misère. Et il va de soi que la stabilité, en tant que spectacle, n’arrive pas à la cheville de l’instabilité. Et le fait d’être satisfait n’a rien du charme magique d’une bonne lutte contre le malheur, rien du pittoresque d’un combat contre la tentation, ou d’une défaite fatale sous les coups de la passion ou du doute. Le bonheur n’est jamais grandiose.”

HUXLEY, Aldous. Le meilleur des mondes, Pocket, 284 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *