Piège infernal

Je vous parlais dernièrement de la nouvelle collection Sphinx des éditions Héritage jeunesse, une collection  inspirée des livres dont vous êtes le héros (voir l’article). L’autre ouvrage à inaugurer le lancement de cette collection est Piège infernal de Paul Roux. Lui aussi est constitué de 31 chapitres et un épilogue dont l’ordre de lecture est dévoilé à travers la résolution d’énigmes.

Piège infernal Paul Roux Héritage jeunesse Livre dont vous êtes le héros Narration à la deuxième personne livre-jeu Collection Sphinx

Cette fois encore, tu es le personnage principal de cette histoire. Un après-midi, pendant que tu travailles à la bibliothèque de l’école en attendant ton autobus, tu es pris d’un malaise et cours aux toilettes pour vomir. À ton retour, toutes tes affaires sont restées telles quelles et tu te remets au travail. Peu de temps passe avant qu’un courriel ne t’interrompe. Il provient d’un inconnu qui te traite de dégoutant et dit connaitre ton secret. Ça te fait un gros choc. Personne à part ton frère Maxime et son ami ne connait ce secret. Et il n’est pas dans l’avantage des deux garçons de le dévoiler… Bientôt, c’est par texto que te contacte ton intimidateur. Tu as maintenant peur de regarder ton téléphone. Il t’interdit de parler de ses messages à qui que soit et, pour accompagner cet avertissement, il te donne un exemple de ce qui pourrait t’arriver. Un soir, tu rentres de l’école et découvres ton frère a failli se faire renverser par une voiture. Il est chanceux, il s’en sort avec une blessure au coude. Tu sais maintenant que tu es seul dans ta galère.

L’histoire de Piège infernal est beaucoup plus complexe que celle du titre paru en même temps que lui dans la collection Sphinx. Il est en ce sens plus riche à exploiter pour un enseignant. Le livre contient, à un premier niveau, la problématique amenée par l’intrigant intimidateur. Pourquoi s’en prend-il au personnage? Ce dernier pourra-t-il se sortir de son piège? À un deuxième niveau, il y a le fameux secret. Mais qu’est-ce que le personnage peut-il cacher de si honteux ou de si grave? Piège infernal contient par ailleurs beaucoup plus de vocabulaire complexe. C’est une belle occasion pour enseigner des mots nouveaux, mais cela peut aussi être une barrière pour des élèves moins à l’aise avec la langue (j’ai par exemple dans mes classes plusieurs jeunes dont le français n’est pas la langue première). J’ai toutefois remarqué que dans chaque chapitre semble se développer un champ lexical différent auquel appartiennent habituellement les « mots nouveaux », ce qui offre un bel angle d’enseignement. Le roman contient aussi des expressions et des comparaisons, ce qui ajoute de la couleur et peut aussi être enseigné.

Une autre chose que j’apprécie de Piège infernal, c’est qu’il offre une réflexion sur les choix qu’on fait dans la vie et sur l’usage des technologies. Il intègre par ailleurs à merveille celles-ci, ce qui lui confèrera surement de l’intérêt et du réalisme du point de vue des jeunes lecteurs. Les messages textes sont par exemple représentés sur la page. En plus de rendre concrète la présence des technologies, cette façon de faire allège la lecture.

Piège infernal Paul Roux Héritage jeunesse Livre dont vous êtes le héros Narration à la deuxième personne livre-jeu Collection Sphinx

Un petit détail m’a embêtée dans ma lecture. Aux pages, 104, 137 et 147, la personne narrative passe soudainement de la deuxième à la première personne. Ce ne sont que trois pronoms ou déterminants qui soudain suggèrent la valeur d’un « nous » alors que, depuis le début, la narration se fait avec le « tu ». C’est donc le « vous » qui devrait être privilégié pour une référence à une personne plurielle. Soit le livre devait au départ être écrit à la première personne et il est resté des coquilles dans le changement de narrateur, soit il y a quelque chose qui m’échappe complètement dans le message qu’on tente de me passer avec ce choix de personne grammaticale.

Quoi qu’il en soit, Piège infernal, tout comme l’autre titre, donne bien le ton de cette nouvelle collection. Je suis certaine que les jeunes de 11 à 14 ans adoreront résoudre les énigmes et se promener dans le livre pour retrouver l’ordre des chapitres. C’est une belle façon se s’approprier la forme du roman que de pouvoir ainsi naviguer à l’intérieur de l’objet papier.

ROUX, Paul. Piège infernal, Éditions Héritage jeunesse, Montréal, 2019, 297 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *